Un parcours plein de détours

Je l’ai déjà mentionné, je suis née avec un pinceau dans une main et un pot de colle dans l’autre.  Enfant, je dessine tout le temps.  Contrairement aux autres enfants qui remplissent des pages de livres à colorier, moi, je les calque.  Un architecte m’a d’ailleurs déjà dit que ce faisant, je me faisais la main au dessin.  Ah bon.  Toujours est-il que j’ai grandi en peignant, en dessinant, en coloriant…  Et en calquant.

Jeune, je suis déjà, dans les années 70-80, une précurseure du DIY (je bricole n’importe quoi n’importe comment, véritable Queen du scotch-tape et du carton!). Je quémande des Prismacolor à mes parents, je peins avec des aquarelles cheapettes qui se vendent à la pharmacie et les pinceaux fournis sont de qualité toupet de balai. Omer qui? Omer DeSerres? Connais pas. Et pour le reste, si tu veux du jaune, prend de la moutarde ma jolie! La coche quoi.

Ado, je travaille dans les camps de jour les étés et je fais bricoler tous les groupes d’âge.  On s’arrache mes dessins grand format à peindre en groupe qui deviennent des arrière-plans de photos.  À mes jobs d’étudiante, à l’école secondaire et dans mes loisirs, on me recrute pour faire des affiches.  J’anime des ateliers, je donne des cours, je bricole avec les enfants.

Je couds.  Je « patante ».  Je crée.  Je gosse, rafistole, repeins, réinvente.  Et là, nouvelle passion, je trippe mode.  Mon choix se confirme, fusion créativité, art et stylisme, c’est le design de mode qui m’attend au sortir de la polyvalente.  Je dessine même ma robe de bal, question d’avoir un projet à mon actif.  Bref, tassez-vous de là gang, école de mode, here I come. Je suis prête, je suis destinée pour l’art. Assurément, c’est le parcours qui m’attend.

Euh.  Sorry mais… La vie aura un autre plan.

J’ai DÉTESTÉ.  Va pour le dessin, l’aspect créatif.  Mais la couture?  Eurk.  Juste eurk.  Compliqué, looooooong, technique, minutieux.  Mes doigts s’entretricottent, je me pique, la machine me fait damner, les fils bloquent. C’est donc une confirmation, continuez dans votre univers Dolce Gabbana Madame, Monsieur, moi, je suis plus du genre Dolce Vita vous voyez? Alors exit! Beaucoup beaucoup d’admiration pour les couturières.

Je me lance ensuite en arts plastiques ou je n’ai pas l’impression d’être à l’école mais plutôt au paradis.  Sculpture, peinture, dessin, esquisses, toiles et tableaux, tout y est pour alimenter la touche-à-tout que je suis. Je gambade joyeusement dans cet univers riche et créatif lorsque survient une contrainte de vie personnelle m’obligeant à prendre un raccourci pour la suite. Adios l’université. Soupir.

Bon. OK. Go le DEP en secrétariat pour fusionner mes compétences créatives à des compétences corporatives et aller travailler… En agence de publicité! Quelle bonne idée! Je suis prête, je suis destinée pour l’art. Assurément, c’est le parcours qui m’attend.

Euh.  Sorry mais… La vie a, encore, un autre plan.

Pendant 3 ans, je travaille dans une agence de pub.  Trippant. Cool. Jet set. Positif? La vie en agence m’enseigne le travail militaire de bureau : c’est ici que naissent mes grandes capacités multi-tâches, ma face cachée de pieuvre. Négatif? Épuisant, épuisant, ÉPUISANT. Ces gens-là n’ont pas de vie.  Horaires de fou. FOU. Mon patron se vante même d’être si souvent absent de chez lui que son fils l’appelle Monsieur. Wow. Hmmm. OK. Mais… Merci, très peu pour moi! Beaucoup beaucoup d’admiration pour les publicitaires.

Je me déniche donc subito un autre job et me retrouve cette fois-ci chez Desjardins Capital de risque. Pendant 13 ans, j’agis comme adjointe de plusieurs niveaux jusqu’au bureau du président. Desjardins me fait naitre corporativement.  J’y travaille avec une équipe d’exception, un patron-mentor extraordinaire et j’apprends énormément.  J’apprends sur tout ce qui est à l’opposé de l’art : financement, stratégies d’affaires et d’entreprise, mission, objectifs, vision…  Super! C’est juste que… On est vraiment loin des pinceaux et de la peinturlure! – Où est la carrière en arts, là?  Je suis en finances, gens.  EN FINANCES!!! Oh que je m’éloigne du but. Mais je mets du beurre sur mon pain et je suis heureuse.

Cependant, pour vous illustrer l’ampleur de mon sevrage créatif, mon état frôle l’orgasme quand mon patron me demande une simple présentation Powerpoint, Ô belle petite fenêtre créative dans cet univers totalement business. J’aide aux communications, j’organise des événements d’affaires, je design parfois des trucs. Je trouve des moyens de vivre – un peu – ma créativité.

Après la naissance de ma plus jeune, l’appel de la maternité est trop grand. Je pleure. Mes deux choupettes me manquent. Mon patron est à la retraite. J’ai l’impression d’avoir fait le tour. Je me sens mure pour un changement. Et comme par hasard, à ce moment, mon éducatrice chérie ferme son service. Ça y est. C’est un signe.

Il est temps pour moi d’ouvrir mon propre service de garde en milieu familial.

Ce faisant, pendant 11 années, je vois grandir mes filles. Ma passion créative se canalise mieux car je l’utilise à toutes les sauces. Je crée des univers dans lesquels je fais gambader les enfants. Pirates, princesses, fonds marins, tropiques, cirque, olympiques… Tout y est. Je choisis un thème et je ponds plein d’activités qui en découlent. Je me donne à fond. Je tisse des liens étroits avec les enfants, avec les parents, avec d’autres éducatrices qui deviennent de précieuses amies. Je patauge dans l’univers de l’enfance et pour une fois, ça me rejoint davantage. Pas totalement, mais mieux. Au moins, je canalise un peu plus ma créativité.

L’univers créatif de l’enfance m’interpelle beaucoup et est très proche de ma nature. Pendant ces 11 années, je passe d’innombrables soirs et weekends à peindre des murales dans les écoles et dans les chambres d’enfants de résidences privées. Mon nom circule. Je suis une fée. Une folle fée créative qui arrive à faire mille choses en 24 heures. C’est extraordinaire! Des spectacles de garderie pour Noël et pour l’été avec des costumes créés en carton, en fun foam et peints en atelier avec les mousses. Des backgrounds de décor, des chapeaux de graduation, des cérémonies, des guirlandes, des brillants, des journées thématiques folles… Littéralement Disney World à 7,00 $ par jour. Et les soirs et les weekends, des contrats de murales, de temps en temps. Les enfants et mes parents-clients sont heureux. Tout baigne.

Puis, ben oui, une fois de plus… Euh.  Sorry mais… La vie aura, encore, un autre plan.

Mes enfants grandissent. Mon rôle de mère augmente. Cardio-taxi, cardio-leçons, cardio-devoirs, cardio-cours de ballet, de patin, d’équitation, cardio-popote, cardio-lunchs, cardio-épicerie, soupers, repas, cardio-garderie, cardio-maman, cardio-épouse, cardio-pirates, princesses, fonds marins, cardio-brico, cardio-dodo… Et, du coup, une épreuve personnelle survient. Soupir. Bon. OK. Pas grave! Je cardio-gère. Je turbo-gère. Je supra-gère. Je suis forte. Je suis partout. Je suis capable. Je suis INVINCIBLE! Je suis…

Brûlée. Brûlée morte. Terminus.

J’ai beau tenter d’échafauder des plans pour rester debout, continuer, poursuivre… Patate. C’est le terminus de mon autobus. Tout le monde débarque, le chauffeur a fini son quart de travail. La maison se vide d’enfants, mon service de garde ferme ses portes jusqu’à nouvel ordre. Mon corps me parle. Je dois l’écouter.

C’est le relâchement total, l’heure du lâcher-prise obligé. Bien entourée d’ami(es), de gens exceptionnels, d’une mère bienveillante et généreuse, d’un époux présent engagé, dévoué, d’enfants aimants, compatissants, compréhensifs, l’heure est au bilan de vie et à la réflexion. La Vie a décidé qu’il était temps pour moi de passer à autre chose et a pris les grands moyens pour mettre un stop à ma cardio-supra-folie et mon parcours multi-détours. « Relaxe beauté. Tu me stresses! Va prendre un bain chaud et une tisane. Tu en as vraiment besoin. », me dit La Vie. « Profite de ce temps d’arrêt pour examiner ta feuille de route passée, tous tes détours qui te semblent inutiles et incohérents et essaie de voir la belle opportunité que j’ai pour toi et qui était en gestation tout ce temps. Toi qui s’es souvent pris la tête à deux mains en pleurant de ne pas gagner ta vie avec ta seule créativité, eh bien ferme tes yeux ma jolie et aie confiance. De ton vide jaillira le plein, de ton vide jaillira le plein. » Alors j’ai abdiqué et je me suis soumise à cette volonté plus forte que moi.

C’est de ce temps d’arrêt obligé que naît l’idée de cet univers que vous découvrez à l’instant. L’univers 123GoBrico.com, ses ateliers, ses projets, son art, ses bricolages, bref ma créativité Chantalesque enfin partagée avec tous. Pas avec 6 ou 12 enfants. Avec tous. En analysant le potentiel de ce projet, brusquement, je réalise que mon parcours plein de détours pour aboutir à123GoBrico.com est PARFAIT. Il regroupe toutes mes passions et expertises : l’écriture, la créativité, le design web, le marketing, l’enfance, le bricolage, le background corpo et pub… Ben. Voyons. Donc…

Pendant toutes ces années, j’ai cherché. Pendant toutes ces années j’ai cru faire fausse route, prendre plein de détours inutiles et sans liens entre eux pour finalement aboutir dans des cul-de-sac. Pendant toutes ces années j’ai essayé, persévéré, cultivé mon art sans trop savoir. Je me suis accrochée bien que je n’y comprenais absolument rien. Je tournais en rond!

Et aujourd’hui, je réalise que pendant tout ce temps, pendant ces années no-where twilight zone, je cuvais mon vin. J’allais chercher ici et là des bribes du nécessaire pour ce que je m’apprête maintenant à vivre. Je remplissais mon coffre à outils. Je bâtissais mon expertise, mon savoir, mon expérience. Et du vide jaillira le plein. Ben oui, toi. Et du vide jaillira le plein!

La vie avait donc un plan, un rythme. Le trajet était étrange, non-linéaire et impossible à décrypter ni même à prévoir. Mais aujourd’hui, il devient limpide comme de l’eau de source. Je suis maintenant prête à gagner ma vie avec ma créativité, cette folle créativité émergeante qui me suit depuis la tendre enfance et qui a maintenant enfin trouvé son vrai canal. Steve Jobbs a déjà affirmé, lors d’une conférence à des diplômés d’Harvard : « Ce n’est pas la destination qui compte, mais bien le voyage. Et ce n’est qu’à faire le voyage que vous comprendrez la destination. »

Mon cher Monsieur Jobbs, vous ne croyiez jamais si bien dire.

Alors voilà. D’animatrice-de-camp-de-jour-adjointe-pub-corpo-président-éducatrice-muraliste, je suis maintenant une coach artistique! Mon but : développer des ateliers et des outils pour créer et faire créer. Terminé pour moi d’organiser ma vie autour de mon travail. Dorénavant, je travaille autour de ma VIE. Et ma vie, c’est créer.

Pourquoi je vous confie tout ça? Parce que je veux me présenter à vous en toute humilité, riche d’un vin fermenté depuis plus de 40 ans. Je veux que vous sachiez d’où je viens, qui je suis, ce qui compose et motive mon approche et mes intentions, ce qui définit et caractérise mon style. Que c’est appuyé sur un parcours réel, sur une trajectoire authentique, 100% humaine. Que mon authenticité fait partie de mon offre et est incluse dans le prix de mes produits et services. Je ne suis pas une érudite, je n’ai pas la vérité infuse. Pas de panoplie de diplômes non plus. Désolée!

Ce que je suis, c’est une femme avec un fort désir de créer et qui transporte avec elle une belle grosse valise de vécu.

Si vous me prenez dès maintenant par la main, vous grandirez avec moi. Vous avez la possibilité d’entrer dans la danse dès le début du bal et de valser sous la pluie de mes couleurs. Deviendrez-vous des Go Bricoleurs? Des artistes explorateurs? Des apprentis-créatifs? Allez. Assez jasé. Aujourd’hui est un jour heureux. La créativité m’appelle enfin à la bonne adresse et pour le moment, pas de détour à l’horizon.

Juste une belle route bien droite, claire, dégagée et, surtout, très ensoleillée.

 

* * *

 

Je tiens absolument à terminer cet article par un IMMENSE merci à tous mes fidèles amis et ma famille. À tous ceux qui ont vécu le parcours avec moi, qui m’avez vue et reconnue. Vous vous connaissez. Oui. Vous. Je vous embrasse fort fort ben écrapouti. Votre présence n’a pas été vaine. Vos mots ont guéri mes maux. À mes amies : « Sans vous, je n’en serais pas là. » À ma mère : « Es-tu là Sheila? On se lâche pas, Sheila!» À mes filles : « I’m everything I am because you love me.» À mon Steph : « All in, babe. All in. »

Et à moi : « Vas-y ma grande, t’es capable. Il est temps pour toi de jaillir et d’aller semer ta créativité pour faire pousser des belles fleurs de bonheur. »

Et à vous tous : « À vos marques, traits, BRICOLEZ! »

Laisser un commentaire

L’outil clé en main pour les éducatrices et le préscolaire
Je veux ma trousse créative
GRATUITE!
Projets créatifs détaillés et imagés
avec activités pédagogiques complémentaires
TÉLÉCHARGER LA TROUSSE GRATUITE
Vous pouvez vous désabonner de la liste d'envoi en tout temps.
close-link